Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/02/2014

Inondations 1907


Gendarmerie nationale

3eme Légion Compagnie de l'Hérault

Arrondissement de Bédarieux

Brigade de Murviel

le 27 septembre 1907

Procès-verbal constatant des renseignements sur une inondation de la rivière « Le Libron », d'une partie du territoire de la commune de Laurens (Hérault).

Ce jourd’hui vendredi 27 septembre 1907 à onze heures du matin, nous soussignés GAU Jean Frédéric brigadier et RIPPE Jean, gendarmes à cheval à la résidence de Murviel-les-Béziers département de l'Hérault, revêtus de notre uniforme et conformément aux ordres de nos chefs, Rapportons qu’étant à notre caserne s'y est présenté le sieur GROS Georges âgé de 29 ans agent voyer à Murviel (Hérault) qui nous a fait la déclaration suivante :

« Hier 26 septembre courant, vers 11:00 du matin, le sieur Astruc, cantonniers à Laurens, Hérault, m'a prévenu télé graphiquement que la rivière : « Le Libron» avait débordé et emporté une partie de la chaussée du chemin de grande communication numéro 31 au lieu-dit : « Pont de la Boudouyre » et que pour ce fait, la circulation des véhicules était impossible sur ledit chemin.

Je me suis aussitôt rendu sur les lieux et ai constaté que la crue avait enlevé 10 m de la chaussée, plus le remblai (côté gauche du chemin) sur une longueur de 80 m environ. J'ai immédiatement signalé par télégraphe par télégramme ces dégâts à l'agent voyer d'arrondissement à Béziers et ai donné des ordres aux cantonniers pour qu'ils exercent une surveillance pendant la nuit pour éviter les accidents. La circulation des véhicules chargés ne pourra avoir lieu en cet endroit que dans quelques jours. J'ai fait placer une barrière sur le chemin en face les baraques de Laurens et une autre à l'interception du chemin d'Autignac. A côté de ces barrières, j'ai fait mettre une pancarte portant l'inscription : « circulation interdite aux véhicules. » J'évalue les dégâts causés par cette crue au préjudice de l'administration à la somme de 2000 fr.

Après cette déclaration vous sommes rendus dans la commune de Laurens (Hérault) où nous avons recueilli les renseignements suivants :

PORTAL Charles âgé de 48 ans maire de la commune de Laurens déclare :

« Hier 26 septembre 1907, dans la matinée, une grande crue de la rivière « Le Libron » qui traverse Laurens, est arrivée par suite des pluies torrentielles qui étaient tombées dans la nuit. Les maisons situées sur le bord de la rivière ont été inondées d'une couche d'eau de 2 m environ ; les jardins et les vignes environnants ont été dévastés, il en est de même de plusieurs murs de soutènement entre autres celui du sieur MIREPOIX Gabriel propriétaire au château de Grézan et celui du sieur CARRATIER Camille propriétaire à  Autignac.

Les dégâts occasionnés par cette crue son important mais pour le moment je ne peux les estimer.

Quoique la crue soit arrivée très rapidement il n'y a pas eu d'accident de personnes.

Lecture faite de leurs déclarations, les personnes désignées ci-dessus les ont reconnues exactes et ont signé au carnet.

Les sieurs MIREPOIX et CARRATIER étant absents n'ont pu être interrogés.

Nous avons constaté que plusieurs pieds de vigne des propriétés situées sur le bord de la rivière : « Le Libron » avait été arrachés par les eaux et que le mur de soutènement appartenant l’un au sieur MIREPOIX Gabriel propriétaire au château de Grézan, commune de Laurens, mesurant 40 m de longueur environ sur 4 m de hauteur, l'autre appartement au sieur CARRATIER Camille propriétaire Autignac (Hérault) mesurant 20 mètres de longueur, environ, sur 3 m hauteur avait été détruits. Ces deux murs étaient situés au lieu-dit : « Pont de la Bouldouyre territoire de la commune de Laurens (Hérault).

Au même lieu, la chaussée du chemin de grande communication numéro 31 qui est attenante à la rivière « Le Libron » a été détruite sur une longueur de 10 m sur 2 m 50 de profondeur. Le remblai du dit chemin, (côté gauche), a été enlevé par les eaux sur une longueur de 80 m environ.

La circulation des véhicules sur le dit chemin est interrompue jusqu'à nouvel ordre.

Monsieur l’Agent Voyer de Murviel a pris toutes les dispositions nécessaires pour éviter tout accident.

En foi de quoi nous avons rédigé le présent procès-verbal en triple expédition, la première destinée à M. le préfet de l'Hérault, la deuxième à M. le sous-préfet à Béziers, et la troisième transmise à M. le le Lieutenant Commandant la Gendarmerie de la Section conformément à l'article 298 du décret du 20 mai 1903.

Fait et clos à Murviel les jours mois et an que d'autre part.

 

22:13 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)