Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/03/2012

Village d'Autignac

 

AUTIGNAC

Carte d’identité
Commençons par donner un nom à notre village. Cela est simple, il s’agit d’Autignac. Pas si sûr.
Avant Autignac, il y avait Belloc.
BELLOC, nom populaire du cimetière d'Autignac:
- Sainte Marie de Belloloco, 1153 (L. Noir p. 240), 1178 (G. christ. VI, inst. c. 140), 1216 (L. Noir, p. 544);
- parrochia Beate Marie du Belloloco, 1260 (Pasquier, p. 106);
- de Bello loco, 1323 (CRDP, p. 125), 1351, 1361 (pouillés), 16e s. (FD : RAC);
- Bouloc, 1529 (Histoire Générale du Languedoc, XII, c. 479);
- de Belloloco, 1636 (FD : ACLB);
- de Belloloco, 1636 (FD: ACLB).
Étymologie. Occitan Bèl loc ou équivalent français beau lieu, nom caractéristique d'une fondation religieuse.
AUTIGNAC, commune (canton de Murviel-lès-Béziers) :
- domine de Altiniaco, 1155 (cartulaire de Gellone, page 436 : identification incertaine) ;
- castri de Altiniaco, vers 1182 (Gallia Christiana VI, inst, c. 88) ;
- castrum de Altiniaco ; de castro Altiniaco; castrum de Autiniaco, 1199 (ibid., c. 147) ;
- castro de Autinhaco, 1260 (Pasquier, p, 106) ;
- de Autinhaco, 1344 (Archives municipales Pézenas) ;
- Autignaco, 16e s. (FD: RAC);
- Autinhac, 1571, 1585 (RDB);
- Aultignac, 1622 (Le Clerc) ;
- Authinhaco, 1636 (FD : ACLB);
- Autignac, 1643 (Cavalier), 1708 (Delisle), 1740-60 (FL. 7 189 ; 8. 236 r°, 285 r°), 1770.2 (Cassini).
AUTIGNAGUET, h. (Roqueredonde) :
- ecclesiam S. Mariae de Altiniaco, 1135 (G, christ. VI, inst, c, 135) ;
- prieur d'Autinhaguet, 1571 (RDB) ;
- prieuré de Notre-Dame-d'Antinhagel, 1607 (Sahuc, ISAC, p. 80) ;
- Aultignac, 1622 (Le Clerc) ;
- Authinaguet, 1636 (RAAC 147 v°) ;
- Autignagues, 1740-60 (FL. 12. 187) ;
- Autignaguet, 174O-60 (FL.7.178 ; 8.236 r°) ;
- Autignaguet et N-D. d'Autignaguet, 1774-5 (Cassini).
Domaines gallo-romains: gentilice lat. Altinius + suff. -acum. Le suff. dimin. -et, ajouté vers le 16° s. au n, de la loc. à Roqueredonde, sert à distinguer celle-ci de son homonyme.
AUTIGNAC (Moulés-et-Baucels) : Autinac, 1774-5 (Cassini). Bergerie d'AUTIGNAC, maison,
AUTIGNAC, AUTIGNAGUET, lieux-dits (Soubés).
Ces noms, représentent sans doute la transplantation des précédents.
SOURCE : « Les noms de lieu du département de l’Hérault » Frank R.HAMLIN
Nota : « Quoique bien distincts, les villages d’Autignac (canton et doyenné de Murviel) et d’Autignaguet (canton et doyenné de Lunas) ont longtemps été confondus. Ces paroisses étaient dédiées à Sainte Marie.»

 

Blason :

Ayant un nom, nous choisirons un blason. Celui que nous connaissons aujourd’hui est ainsi décrit dans « Armorial des communes de l’Hérault » :
« D'hermine au pairle losangé d'or et de gueules. (d'Hozier: Béziers, n°218, D.f 199). ».

Blason.jpg

 D’où vient-il ? Je ne sais, mais mon hypothèse est qu’il a été déposé pour enregistrement, par les consuls d’Autignac, contre paiement de 50 livres, conformément aux dispositions de l'Edit du Roi, daté du 20 novembre 1696. Si l’on résume, Louis XIV plus ou moins à cours d’argent, a trouvé un nouveau moyen de ponctionner les communautés en leur imposant l’instauration d’armoiries contre redevance. Notre blason serait alors sans réelle signification. (Note de l'auteur)

 

Le Saint Patron :

Il se trouve que nous en avons trois :
- Sainte-Marie en souvenir de Sainte-Marie de Belloc
- Saint-Martin, en souvenir de la chapelle du château
- Saint-Roch, je pense en souvenir de sa protection contre la peste

 

Le clocher :

Clocher.jpg

Construit de 1930 à 1933. Campanile forgé par Mr Fanjaud.

 

 

Notons quelques villages qui portent un nom identique à la lettre près :
- ANTIGNAC Cantal
- ANTIGNAC Charente-Maritime

- ANTIGNAC Haute-Garonne
- AUGIGNAC Dordogne
- AURIGNAC Haute-Garonne
- ANTAGNAC Lot-et-Garonne
- ANTUGNAC Aude
 

- LAUTIGNAC Haute-Garonne

et aussi :

Rue Autignac à Piolenc en Vaucluse

Pech d'Autignac à Marnhagues-et-Latour en Aveyron

Autignac à Moulès-et-Baucels dans l'Hérault

 

Saubriquet

LOUS CAUQUILHATS
AUTIGNAC. Autinhac. Autinhaquenc. Autignacois.
Los cauquilhats, Las cauquilhadas, les alouettes huppées… l'explication de ce mot : la touffe ou huppe de plumes relevées sur la tête de cette espèce d'alouette représente grossièrement une coquille. Las cauquilhadas, les alouettes huppées ; on trouve sur le territoire de cette commune, comme sur celui de bien des villages voisins, des piochs du même nom, terrains incultes parce que trop pierreux.
Cauquilhats : cossus, fiers, riches, huppés

« La cauquilhada, c'est l'alouette huppée, cet Oiseau se dresse sur les mottes de terre et il est là, arrogant, d'un air de dire : "Regardez-moi si je suis beau. " Il a de l'orgueil.  Et nous, à ce qu'il parait, dans le temps, nous aimions de parader un peu quand nous portions un costume neuf.  »

Claude ACHARD « LES UNS ET LES AUTRES » Dictionnaire satirique des sobriquets collectifs de l'Hérault

Autre explication :

Lous escais-noums

(seguido)

Lous Cauquilhacs d’Autignac

Autignac aco es leint de pertout vouiei i’ana aquestes jours, savièi pas ounte passat, prenguère lou trin jusqu’à Magalas, en passant diguère bonjour au camarado Bartho e d’aqui prenguère lou cami d’Autignac.

Beleu un kilomestre avant de i’ariva rescountrère un gardo, (es pas un mal d’estre ouneste) s’es pas per asard lou gardo d’Autignac.

-          Si fèt me diguèt à voun faire plesi e per vous servi.

-          Ié respoundère, sièi Balin-Balan, es ioi que m’acupe das escais-noums dins lou Camel e dins lou darniè numero ai anounça que dins lou numero venent parlarièi das Cauquilhacs d’Autignac e n’en save pas lou premiè mot, serai erous se poudès me metre au courent.

-          Tout de suito, amai serès pas troumpa, per raport que moun paire que viou encaro, (vai agudre nonanto ans), ièro, quand aco arivè, se n’es toujour rapela e me l’a counta belèu des fès, mès pouden pas resta eici en plen camp, anem au vilage, burés un cop e nous assetaren.

Anaren à Autignac, intrèren dins un pichot café ounte nous faguèren servi uno tasso de café e nous metèren à parla.

Aici coussi lou gardo m’espliquet l’escainoum, e se troumpet pas, voli dire que beguejavo pés, parlavo d’aboundenço e se troumpavo pas.

Eren en milo veit cent vingt cinq, moun paire èro jouve, mès coumpreniè très ben ço que se passavo e ço que se disiè.

Las gens a Autignac èroun economes e quand calliè despensa dous iards reflechissièn vint cops.

Acou jour venguèroun quatre ou cinq omes de Murviel, save pas de que venièn faire, (l’ai sachut pus tard) mès save qu’èren en ivert e que fasio frech, jalavo à pieiro fendre. Toutes las gents èroun dedin, enfermas e toutes au cantoun dau fioch.

Aqueles vouiajurs intrèroun dins quatre ou cinq oustals e trapèroun tout lou mounde au cantoun dau fioch en trin de se caufa.

Venien per estima de tarren per agrandi un cami vesinau mes degus se derenguèt pas.

-          A ça pamen diguet un de Murviel, soustirès pas de vosto turno.

-          Nani iè diguèroun lous Autignanencs, fai trop frech.

-          Alors quand fai frech sourtissès pas.

-          Nani de tout l’ivert.

-          Eh be ! alors restas dins vostro cauquilho coumo las auitros e lous muscles.

-          Précisament.

-          Aco fai que ses de cauquilhachs.

-          Pla entendu.

Vouguèroun estre de cauquilhachs e ou soun encaro.

Trouvé dans un journal

 

21:54 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.