Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/10/2017

Vu en Corrèze

Antignac - Corrèze  19 (6).JPGAntignac - Corrèze  19 (7).JPGAntignac - Corrèze  19 (5).JPG

Indication vers un hameau en Corrèze. A ce croisement, une croix dont le socle est gravé "ANTIGNAC". A côté, le panneau signale "La Croix d'Antignac".

 

25/05/2017

Promesse mariage

5 mai 1760 Dans le château de la commanderie de Grézan, terroir de Laurens, après midi… présents Raymond LAURES ménager d’Autignac, fils Pierre LAURES et Marie CAVALIER …d’une part  et Suzanne CURE fille Jean Jacques CURE et Marie COMBESCURE (Suzanne a pour frères et sœurs Raymond, Antoine et Marguerite)… en vue mariage (qui sera célébré le 28 juillet 1760 à Autignac)

19:06 Publié dans Documents | Lien permanent | Commentaires (0)

30/03/2017

Les fossés

"25 mai 1687 Autignac jouit des murailles ... plus les fossés qui sont tout à l’entour ne portant aucun revenu à cause de sa petitesse et pour estre taillez dans la pierre la plus grande partie ...

XVIIIe siècle

Compoix du lieu d’Autignac, diocèse de Béziers fait en conséquence de l’arrêt de la souveraine cours des aydes de Montpellier dont la teneur s’ensuit.

Extrait des registres de la cour des comptes, aydes et finances.

Vu la requête présentée à la cour par les maire et consuls du lieu d’Autignac, diocèse de Béziers, tendante en permission de faire procéder à la faction d’un compoix du terroir et tailhable de la dite communauté d’Autignac sur lequel toutes les impositions tant ordinaires qu’extraordinaires seront faites à l’avenir la dite requête répondue de l’ordonnance de la cour --- montré au procureur général du roy du dixième du présent mois, la délibération prise par la dite communauté le 17 février dernier ; ensemble les conclusions du procureur général du Roy.

La cour ayant égard à la dite requête, a permis et permet aux dits consuls et communauté de faire procéder à la faction d’un nouveau compoix, arpentement, estimation et allivrement des maisons, météries, moulins, preds, terres, vignes, jardins et autres possessions situées dans le terroir et tailhable dudit lieu d’Autignac, conformément aux arrêts et règlement de la cour ; auquel effet qu’à la diligence des consuls dudit lieu, les habitants seront assemblés à l’effet de nommer un syndic, s’il n’y en a point de nommé à la pluralité des voix, que le syndic sera tenu de faire enregistrer l’acte contenant sa nomination devers le greffe de la communauté et d’élire domicile dans le lieu d’Autignac dont il sera fait mention dans le registre du greffe de la communauté lors de l’enregistrement dudit acte de nomination : a ordonné et ordonne que les dits consuls seront tenus de faire avertir le dit syndic du jour que le conseil sera convoqué pour assister et signer les délibérations qui seront prises, un jour à l’avance et dont il demeurera responsable, quand même il serait absent, pourvu qu’il paraisse par la délibération qui sera prise qu’il a été averti par un cri public ou qu’il a été sommé de s’y trouver conformément à l’arrêt du conseil du 20 septembre 1689 : ordonne que les dits consuls feront assembler les habitants en conseil général par devant les officiers ordinaires du lieu, le syndic des forains appelé, lequel conseil sera composé du nombre de douze ou de six habitants qui composent le conseil politique, et d’un pareil nombre au moins des plus forts contribuables, lesquels seront avertis vingt quatre heures à l’avance et seront tenus de s’y rendre à peine de dix livres d’amende et de demeurer responsables du délibéré, s’ils n’ont point d’excuse légitime auquel cas sera nommé et averti d’autres habitants aussi des plus forts contribuables pour composer un pareil nombre que celui desdits conseillers politiques, à l’effet de régler la table dudit nouveau compoix laquelle contiendra trois degrés d’estimation des champs, vignes, preds et autres possessions du terroir et tailhables du dit lieu, scavoir bon, moyen et faible lesquels degrés pourront être subdivisés jusques à trois par première, deuxième et troisième du bon, moyen et pareillement du faible, ce qui sera spécifié dans le dit compoix sur les parcelles de chacun des habitants : ordonne que le greffier consulaire écrira tous les suffrages des habitants et les délibérations qui seront prises signées avant que de sortir de l’assemblée, en spécifiant ceux qui n’auront pu, ou voulu signer, qu’il sera fait et posé des affiches pour la faction dudit nouveau compoix, tant audit lieu qu’aux villes et lieux circumvoisins, et les offres et moins dites faites, seront couchées dans le registre au tome des délibérations de la dite communauté, et le bail passé à celui ou à ceux qui feront la condition la plus avantageuse : a ordonné et ordonne que par devant les officiers ordinaires du dit lieu, il sera procédé le dit syndic des forains appelé à la nomination d’un ou deux arpenteurs, de deux judicateurs et estimateurs pris des lieux circumvoisins, et les dits judicateurs des habitants dudit lieu, lesquels seront tenus de prêter serment devant les dits officiers avant que de pouvoir procéder dont il sera dressé procès verbal et ce fait a ordonné et ordonne que l’estimation et allivrement  seront fait eu égard à la situation, état, qualité, rente et à la contenance des dites possessions ; et à l’égard des maisons, moulins, méteries et autres bâtiments seront estimés et allivrés suivant leur situation, profit, rente et revenu, commodités et incommodités et que de l’estimation des maisons, moulins et métairies, il en sera distrait un tiers pour les réparations utiles qu’il y convient faire, et les deux autres tiers seront allivrés à proportion des autres fonds terrains et les autres possessions suivant leur situation et contenance, toutes lesquelles possessions seront estimées et arpentées séparément les unes des autres, et sera fait mention à chaque article de la contenance, confronts, nature, qualité et degré des fonds allivrés ensemble de la largeur des chemins auxquels les terres de tous les particuliers aboutissent comme aussi a ordonné et ordonne qu’il sera fait un cayer séparé des biens prétendus nobles, si aucuns y en a, enjoignant aux entrepreneurs, arpenteurs, indicateurs et estimateurs de procéder sans discontinuation à la faction dudit nouveau compoix, lequel étant parachevé, sera la minute remise devers le greffe consulaire dudit lieu d’Autignac pour y demeurer pendant deux mois, durant lesquels chaque contribuable en pourra prendre vision sans déplacer et sans frais, pour en cas de plainte être procédé incessamment à la vérification et correction des erreurs qui pourront y être intervenues, et à cet effet les dits consuls feront avertir par un cri public les contribuables domiciliés au dit lieu dont il sera dressé procès-verbal, et le dit syndic des forains par acte pour dénoncer --- de la minute dudit nouveau compoix devers ledit greffe, et faute pour eux d’en prendre vision dans le dit délais, ils en demeureront déchus, et le dit compoix ainsi fait, sera mis au net, transcrit sur du grand papier timbré sur lequel il sera fait une marge d’une largeur raisonnable, de même qu’une distance d’un article à l’autre, et ensuite rapporté à la cour, et pour être par elle autorisé, s’il y a lieu, sauf les oppositions et appellations en la cour, et sans retardation de la levée des deniers royaux  et autres impositions qui seront faites sur le dit nouveau contrat enjoignant à ces fins aux dits consuls de tenir la main à ce qu’il soit procédé incessamment et sans discontinuation à la faction dudit compoix pour qu’il soit parachevé dans le délais de 6 mois à peine de demeurer responsable de tous les dépends et intérêts qui pourraient s’en ensuivre ; enjoint aux officiers ordinaires dudit lieu d’insérer dans le procès verbal tout ce qui sera fait à raison dudit compoix d’assister aux délibérations qui seront prise au sujet d’icelluy de faire aussi mention du serment des judicateurs, arpenteurs et estimateurs , des offres et bail qui sera passé pour la faction dudit compoix, et de tenir la main à l’exécution du présent arrêt, lequel sera transcrit dans le tome des délibérations et lu dans une assemblée générale pour le contenu être gardé et observé suivant sa forme et teneur.

Fait et donné à Montpellier en ladite cours le onzième septembre mil sept cent cinquante quatre collationné --- signé, conll (?) parchemin, ruban 6H 9V albisson signé Mr Adam de Montelar rapporteur

Extrait du tome des délibérations du greffe consulaire du lieu d’Autignac ;

L’an mil sept cent soixante et le vingtième jour du mois de juillet, le conseil général des habitants d’Autignac a été convoqué et assemblé dans la maison consulaire dudit lieu suivant la coutume par mandement de Mr CURE et des sieurs Jean-Pierre PASTRE et François PASTRE maire et consuls modernes dudit lieu présents et opinants sieur Foulhé, Jean AMANS syndic des forain, Mtre CURE prieur, Mtre Galon de la Bastide, Raymond CURE, Raymond SERIN, Martin PASTRE, François PASTRE, Antoine FARRET, Jean SEGUIER, Jean GELY, Jean ESCANDE et Etienne CANCE, auxquels le dit Mtre Charles CURE maire a dit qu’en exécution d’une délibération prise par la communauté pour la faction d’un nouveau compoix, ils ont fait présenter requête à monseigneur l’intendant ---  de son ordonnance du 16 mai dernier, portant permission de payer bail de la confection d’un nouveau compoix au sieur CONSTANS de Cessenon sur le pied de huit cent livres  et conditions de son offre et ordonne au préalable une publication surabondante qui a été faite et réitérée ce jourd’hui, et comme personne ne s’est présenté pour moins dire à l’offre du sieur CONSTANS, le dit Mtre CURE requiert qu’il soit délibéré sur la passation du bail dudit compoix , sur l’emprunt nécessaire, et d’un autre côté qu’il soit procédé à la nomination de deux estimateurs et d’un judicateur pour l’estimation et judication  de toutes les possessions de ce lieu ; ensemble qu’il soit procédé (attendu que le nombre des habitants est suffisant) au règlement de la table pour ledit compoix pour en délivrer un extrait à l’entrepreneur et estimateur, requérant qu’il soit délibéré.

Surquoy lecture faite de l’ordonance de monseigneur l’intendant, et attendu que la publication surabondante est faite, il a été unanimement délibéré que le bail du prix fait du compoix  sera incessamment payé au sieur CONSTANS à la diligence des messieurs les consuls sur le pied de huit cent livres attendu que personne ne s’est présenté pour moins dire ; auquel effet l’assemblée a député le sieur GELY ménager et le sieur Martin PASTRE bourgeois de ce lieu auxquels l’assemblée donne pouvoir de, au nom de la communauté, passer le bail au sieur CONSTANS sur le pied de son offre en donnant caution, en le chargeant de remplir les conditions de l’arrêt qui permet le dit compoix ; donnant aussi pouvoir l’assemblée aux dits sieurs députés d’emprunter les sommes nécessaires pour le paiement du prix fait dudit compoix, et à cet effet de consentir telle obligation que de droit avec l’intérêt et aux frais de la communauté ; et parce que le compoix ne peut être retardé, l’assemblée nomme pour arpenteur le sieur CONSTANS entrepreneur, pour estimateurs les sieurs Jacques MASSANE et Jean FABRE habitants du lieu de Cessenon, et pour indicateur Antoine CURE ménager de ce lieu, lesquels experts et judicateurs seront tenus de prêter serment avant de procéder ; reste de procéder au règlement de la table qui est le fondement de la justesse du compoix auquel il a été comme s’ensuit

 

 

TABLE

La séterée de terre sera composée de cent cinquante six dextres et un quart de dextres qui produisent six cent vingt cinq cannes mesure de Montpellier.

Toutes les possessions en général seront confrontées par 4 vents généraux appelé Terral, Marin, Narbonnés et Aquilon dérogeant à ce qui a été ci-devant fait d’une manière contraire.

La livre livrante sera de valeur de six cent livres, et chaque cent livres de valeur supporteront trois quatre deniers d’allivrement.

Tous les bâtiments en général moulin à blé et à huile, four, et autres seront estimés conformément à l’arrêt, et chaque cent livres de valeur supporteront un sol d’allivrement.

Les preds seront mesurés et estimés sur trois degrés dont le premier supportera dix sols, le second six sols huit deniers et le troisième trois sols quatre deniers chaque séterée

Les jardins et ferratgeails sur trois degrés dont le premier supportera six sols huit deniers, le second cinq sols, et le troisième trois sols quatre deniers chaque séterée.

Les olivettes sur six degrés dont le premier supportera quatre sols, le second trois sols quatre deniers, le troisième deux sols huit deniers, le quatrième deux sols, le cinquième un sol quatre deniers, et le sixième huit deniers chaque séterée.

Les vignes sur six degrés dont le premier supportera deux sols, le second un sol huit deniers, le troisième un sol quatre deniers, le quatrième un sol, le cinquième huit deniers et le sixième quatre deniers d’allivrement chaque séterée.

Les champs et terres découvertes sur dix degrés dont le premier supportera trois sols quatre deniers, le second trois sols, le troisième deux sols huit deniers, le quatrième deux sols quatre deniers, le cinquième deux sols, le sixième un sol huit deniers, le septième 1 sol quatre, le huitième un sol, le neuvième huit deniers et le dixième le dernier degré quatre deniers d’allivrement chaque séterée.

Les terres hermes sur trois degrés dont le premier supportera trois deniers, le second deux deniers et le troisième un denier d’allivrement chaque séterée.

Lecture faite du règlement de la table ci-dessus, l’assemblée l’approuve, et en conséquence il a été unanimement délibéré qu’il en sera expédié et délivré un extrait enforme auxdits experts qui seront tenus de s’y conformer : ainsi a été conclu le délibéré les ans et jours que dessus.

Avant la signature, les dits sieurs consuls ont représenté que pour ne laisser rien à désirer aux intérêts du public il convient de laisser la liberté à tous les tailhables de prendre dans les biens patrimoniaux et de laisser chacun comme le concerne comme les terres qu’on voudra, bien entendu qu’après l’autorisation personne ne pourra la réclamer, et pour ce qui concerne la largeur des chemins elle sera indiquée à l’entrepreneur à fur et mesure qu’il procédera à quoi l’assemblée a unanimement consenty, et le sieur maire en tout ce dessus a interposé son autorité judiciaire et s’est signé avec les dits sieurs consuls, et habitants et nous Dominique BALUFE greffier consulaire, CURE maire, PASTRE premier consul, PASTRE second consul, CURE prieur, GALON DE LABASTIDE, FOULHE, AMANS syndic des forains, Raymond CURE, Raymond SERIN, Martin PASTRE, François PASTRE, FARRET, GELY, Jean SEGUIE, Jean ESCANDE, CANCE et BALUFE greffier signés à l’original duquel la copie cy dessus a été tirée mot à mot par nous Jean Pierre CONSTANS  géométre et entrepreneur du compoix soussigné avec le dit sieur BALUFE greffier, la dite copie dument collationnée.

Nous Jean Pierre CONSTANS  géométre de Cessenon et entrepreneur du nouveau compoix d’Autignac diocèse de Béziers, Jacques MASSANE, Jean FABRE dudit Cessenon, et Antoine CURE dudit Autignac en conséquence de la délibération dont l’extrait est cy-dessus, après avoir prêté serment par devant Mtre GALON DE LA BASTIDE avocat en parlement, bailly pour le roy dudit Autignac et communauté avons procédé à l’arpentement , estimation et allivrement de toutes les terres, et possessions dudit Autignac en nous conformant à l’arrêt qui permet le dit compoix confrontées et désignées comme s’ensuit.

(Dernière page)

Ainsi qu’est contenu aux deux cent quarante quatre pages cy dessus ecrites, faisant la matière du présent compoix, a été par nous Jean-Pierre CONSTANS géométre  et entrepreneur  dudit compoix, Jacques MASSANE et Jean FABRE tous cytoyens du lieu de Cessenon, procédé à l’arpentement, désignation, estimation et ?? de toutes les terres et possessions du lieu et terroir d’Autignac diocéze de Béziers, sous l’indication d’Antoine CURE dudit Autignac, avec toute l’égalité possible, en suivant nos lumières et expériences et nous sommes signés avec ledit CURE qui nous a déclaré qu’il n’y a point des biens nobles pour en faire un cayer séparé, ce qui nous a été confirmé par messieurs les maires et consuls le vingt sixième mars 1761.

Le présent compoix fait au lieu d’Autignac diocéze de Béziers, a été authorisé et homologué par la Cour des Comptes Aydes et Finances de Montpellier                toutes les impositions tant ordinaires qu’extraordinaires qui se fairont      sur iceluy soubs les opposissions et appellations   en la ??? sans préjudice des payements des deniers royaux suivant arret de ce jourd’hui neuvième aout mil sept cent soixante cinq.

Nouveaux documents :20 juillet 1760 Jean Pierre PASTRE et François PASTRE premier et second consul lesquels ayant l’assistance des sieurs Martin PASTRE et Jean GELY bourgeois, députés par la communauté lesquels en vertu des pouvoirs à eux donnés par délibération de ce jourd’hui ont conjointement donné le prix fait de la faction du compoix au sieur Jean Pierre CONSTANS géométre de Cessenon…    et ... 10 novembre 1760 Jean Pierre PASTRE et François Pastre consuls avec Guillaume FOUILHE et Charles MOURGUES députés par la communauté en vertu de l’ordonnance de Monseigneur l’intendant du 18 octobre dernier qui permet d’emprunter pour le payement du prix fait … au sieur MARTIN bourgeois dudit Autignac, 800 livres montant du prix fait du compoix …

19:23 Publié dans Compoix | Lien permanent | Commentaires (0)

27/03/2017

Document XVIIe siècle

C'est le compoix qu'il a convenu faire au lieu d'Autignac diocèse de Béziers par M. Guilhaume HILAIRE géomètre et arpenteur de la ville de Béziers entrepreneur dudit compoix nouveau en vertu du contrat à lui passé destiné comme s'ensuit

L’an 1671et le 11e jour du mois de janvier au lieu d'Autignac maison consulaire du dit lieu au diocèse de Béziers régnant très grand prince Louis par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre (il s’agit de Louis XIV) par devant M. Jean-Jacques DEMONS seigneur de Cabrairolles, bailli et juge royal dudit lieu, en présence des témoins bas nommés ont été pris et constitués en leurs personnes Jean LAURES vieux et Pierre DESFOURS jeune, consuls modernes dudit lieu assistés de Mr Antoine DELAGNES, François MASSOL, Jacques BALUFE cy avant habitants dudit lieu soubsignés ou marquès, députés par la dite communauté par délibération  du Conseil  cy devant prise ce jourd’hui en plein conseil général des habitants … comme il résulte de l’original…suivant ..

Extrait des …de la Cour des Comptes, Aydes et Finances de Montpellier le vingt troisième juin 1668 … comme sensuit

Sur la requête présentée par les consuls modernes du lieu d'Autignac à ce qu'il leur soit permis de faire procéder à la faction du nouveau compoix pour estre à l’advenir tous les impots tant ordinaires qu’extraordinaire ….vu la dite requéte avec la délibération prise en conseil général du sixième février 1667, la cour ayant esgard à ladite requête a permis et permet auxdits consuls modernes dudit lieu d'Autignac de faire procéder à la faction d’un nouveau compoix sur lequel à l’advenir tous les impôts tant ordinaires qu’extraordinaires seront faits, mandant à ces fins aux officiers  ordinaires dudit lieu de faire procéder à la faction dudit compoix mandant à ses (ces) fins aux officiers ordinaires dudit lieu de faire procéder à la faction dudit compoix par prud’hommes et experts le plus esgalement que faire se pourra leur enjoignant de faire un cayier (cahier) séparé des biens préthendus nobles, à la charge le dit nouveau compoix fait de le remettre devant la Cour pour y estre autorisé s’il y eschoit sauf les oppositions et appellations en la Cour sans retardation des deniers du Roy. Fait à Montpellier en la Cour des Comptes Aydes et Finances le 23e jour de juin 1668. Collationné POUGET signé Mr Clausel FONFROIDE rapporteur.

Et le douzième février de l’année 1671 ont comparu devant nous dits commissaires le dit LAURES premier consul et dans la place publique dudit lieu quy nous aurait présenté le dit Mr HILLAIRE arpenteur, Mr Marsal MADAILLE de Béziers et Jean GAUBERT de Cuxac pour estimateurs et Jean LAURES jeune et Pierre BERNARD pour indicateurs auxquels aurait esté  requis de leur faire prêter le serment. Ce fait.

Ensuite par le dit conseil des habitants fut prise délibération pour faire la table sur le pied de laquelle l’alivrement de l’estimation de la livre de compoix debvrait estre faite et les indicateurs nommés par la dite communauté pour cest effet, la dite délibération escrite avec la procédure au livre de ladite communauté estant de tous

Table

Cjourd’hui premier jour du mois de février 1671

Premièrement a esté accordé que l’on fera la cesterée conformément au vieux compoix qu’en de 625 cannes carrées chacune canne tirant 8 pans de tous carré mesure de Montpellier revenant en dextres à 156 dextres ¼ pour cesterée chaque dextre tirant 16 pans en toute sa longueur et largeur de la dite mesure de Montpellier à la valeur de la livre de compoix de 600 livres sur 1 livre de compoix

 

Jardins, preds, ferratgeals et hieres : la cesterée bonne sera estimée 150 livres, la cesterée moyenne sera estimée 85 livres, la cesterée faible sera estimée 20 livres

Terres descouvertes

la cesterée bonne sera estimé 100 livres, la cesterée moyenne sera estimée 51 livres 10 sols, la cesterée faible sera estimée 3 livres

Olibettes

la cesterée bonne sera estimée 100 livres, la cesterée moyenne sera estimée 60 livres, la cesterée faible sera estimée 20 livres

et les champs qui ne seront pas entièrement complantés en olivette on mettra 16 oliviers par cesterée d’olivette et ceux qui seront entièrement complantés seront estimés pour olivette quel nombre d’oliviers qui y  …

Des vignes, il y aura 3 degrés,

la cesterée bonne  des vignes… sera estimée 60 livres, la cesterée moyenne sera estimée 32 livres, la cesterée faible sera estimée 4 livres

Des hermes 3 degrés,

la cesterée bonne sera estimée 4 livres, la cesterée moyenne sera estimée 2 livres, la cesterée faible sera estimée 1 livres

Et les terres ruinées et très faibles … estimées à l’égal des hermes

Maisons, estables, jasses, pigeonniers, patu et cazal tant au dehors qu’au-dedans le lieu, les experts sermentés procéderont à la dite estimation des dits batiments, patu et cazal en une médiocre valeur ayant esgard aux commodités et incommodités et chaque … fera un sol de compoix, les pigeonniers pour les batiments comme les maisons et pour la faculté du louage sera estimé en valeur 60 livres lesquels experts procéderont en toute esgalité selon Dieu ayant égard aux commodités et incommodités conformément à la table ainsi  a esté conclus et arresté en plein conseil des habitants, et par le sieur magistrat interposant son decret judiciaire s’est soubsigné avec les habitants délibérants DEMONS de Cabrairolles baille, Jean LAURES, DEFOUR consuls signés ou marqués, GALON, CURE, BARRAL, LAURES, CARRIERE, BERNARD, DESFOUR, CIFFRE, RAZEIRE, LAURES, LIBES, BOUFARD, BERNADOU, LAURES jeune, MAS, PASTRE, CURE vieux, CURE jeune, BALUFE, BALUFE ainsi signés ou marqués à l’original. OURTAL greffier signé.

Nous dit Guillaume HILAIRE géomètre arpenteur de la ville de Béziers entrepreneur dudit nouveau compoix acisté des sieurs Marsal (Marcel ?) MADAILLE de Béziers, Jean GAUBERT de Cuxac experts, Jean LAURES jeune et Pierre BERNARD indicateurs avons procédé selon Dieu en conscience et expérience que nous avons en telles affaires, ayant gardé l’esgalité et table cy mentionnée nous sommes signés moy Antoine BRUN Maitre escrivain et arithmatieres dudit Béziers ay escript le presant livre de compoix signé

Fait ce 5 aout 1672

 

Le présent compoix a été authorisé et homologué par la cour des comptes, Aydes et Finances de Montpellier pour estre à l’advenir les impositions tant ordinaires qu’extraordinaires qui se feront au dit lieu d’Autignac, faictes sur iceluy sauf les oppositions et appellations en la cour sans rettardation des  deniers du Roy suivant l’arrest de ce jourd’huy 12e jour d’aout 1672.

Nous commissaire à ce député par nos seigneurs des Comptes Aydes et Finances de Montpellier par arrest de ladite cour du xxme  juin 1672 rendu par Mr Clauzel FONFROIDE rapporteur signé POUGET greffier cy devant incéré tout au long avec ? verbal et procédure suivie faicte que j’ay en main et vu la table y incerée conformément à la délibération du conseil des habitants l’authorisant faicte dudit compoix y insérée, certifions le tout avoir esté faict en bonne et due forme, en témoin dequoy nous sommes soubsigné. Ce 12e jour du mois d’octobre 1672.

 

 

En travers de la page nous dit magistrat royal et commissaire … verbal chargé des dites délibérations de conseil et prestations de serment des susdits arpenteurs, experts, indicateurs lesquels ont presté le serment sur les Saints Evangiles de Dieu en nos mains… à la faction et estimation dudit compoix, fait  et avoir renvoyé le dit HILAIRE arpenteur et entrepreneur par devant nos seigneurs de la cour des Comptes Aydes et Finances de Montpellier pour estre procédé à l’autorisation d’iceluy par les dits consuls HILAIRE satisfait chacun en droit… et leur contrat de forfait.

 

Dernière page : le présent livre de compoix du lieu d’Autignac diocèse de Béziers contient d’alivrement la quantité de deux cent cinquante deux livres  douze sols dix deniers et demy. Compoix escrit en deux cent cinq fulhets (feuillets) outre onze fulhets au commencement contenant le préambul … de nos seigneurs des Comptes Aydes et Finances de Montpellier. Ensuite la table des noms et surnoms des habitants du dit lieu. Y a de parcelles cent trente sept faisant de livres de compoix rural comme dites cy ???

Je Guillaume HILAIRE géomètre arpenteur  de la ville de Béziers, entrepreneur dudit compoix avons bien compté et vérifié le prix et alivrement cy dessus escrit, assisté d’Antoine BRUN Mtre escrivain et arithma.. de ladite ville quy a escrit le dit compoix et nous sommes signés. Fait le 5e aout 1672

21:53 Publié dans Documents | Lien permanent | Commentaires (0)

23/03/2017

La culture de l'olivier

Un document de 1671 nous signale 504 olivettes auxquels il faut ajouter 2239 oliviers complantés dans champs, vignes et autres terres.

21:02 Publié dans Compoix | Lien permanent | Commentaires (0)

04/01/2017

Merci Andrée

L’An 1105 Donation faite par Galtier de Montbrun à l’abbé du monastère de Saint-Pons-de-Thomières de l’honneur et château qu’il avait au lieu d’Autinhac à tel part que ledit abbé ni moines ne les puissent vendre ni aliéner sinon aux enfants ou postérité du donateur.

Instrument reçu par Raymond de la Redorte.

 

L’An 1271 Achat par Pierre Augier de Guilhem de la Lande, de toutes les possessions , justice, foriscape, lauzimes, tasques, usages et tous autres droits qu’il avait dedans et dehors du lieu d’Autignac et son terroir, expressément une salle de froment dans le portail du lieu, confrontant d’une part la tour du château et une partie joignant ladite salle et autres personnes pour le prix de 2500 sols tournois qui font 125 francs de la dime de la directe du Roy.

Fait par Jean MERCIER notaire à Béziers.

Les droits d'Autignac

Un grand merci à Andrée !!!

… Autignac : « jouit des murailles de la ville aux despens de laquelle elles doivent estre tenues en droit ; plus les fossez qui sont tout à l’entour ne portant aucun revenu à cause de sa petitesse et pour estre taillez dans la pierre la plus grande partie. Plus jouissait de la faculté de faire abreuver les bestiaux à la rivière de Librun dans l’estendue de leur terroir et de celuy du sieur commandeur de Grézan et pour les faire passer et repasser, ce qui se justifie par une sentence arbitrale de l’an 1324 ; item la permission de prendre de tout bois à la réserve du chayne vert suivant la sentence de l’année 1474 ; item la faculté de faire dépaistre le bétail à laine dans le bois de La Liquière avec permission de faire du bois , mesme de déffricher, suivant la transaction de l’année 1264. Item la dite communauté a la faculté de mettre deux consuls, annuellement, revestus de livrée rouge avec faculté sortant de charge  que le premier sert de juge  et l’autre de procureur du Roy, ayant aussi faculté de mettre un sergeant pour exécuter les actes de justice. Finalement nous déclarons que la dite communauté et habitans ont jouy et possédé tous les dits biens, droits, priviléges et facultez sous la redevance d’une paire de gans de la valeur de vingt sols payables à chaque mutation de Roy. »

16/11/2016

Visite du village

Visite AUTIGNAC.doc

09/11/2016

Des pigeonniers ?

Alors que j'interrogeais un correspondant au sujet de moulins dans le secteur Vailhan-Neffiès-Roujan, celui-ci en retour souhaitait répertorier les pigeonniers sur Autignac.

C'est en travaillant avec Andrée sur le compoix de 1660 que nous avons trouvé 10 références. A noter que celui de Jean CURE et celui de Pierre CIFFRE sont à la place de l'actuelle sacristie et son prolongement.

Jean Jacques DEMONS seigneur de Cabrerolles, bailly juge royal baillage d’Autignac

Maison avec son pigeonnier, estable, cazal, patus ciel ouvert et jardin tout joignant

Faubourg de Bon Conseil

Hoirs Antoine MAS

Maison avec son pigeonnier et chambre au dessus de la rue publique

Dans les murs

Georges ALENGRY

Jasse, pigeonnier, patu

Acurals

Jean CURE

Maison et pigeonnier

Dans les murs

Pierre CIFFRE

Maison et pigeonnier

Dans les murs

Pierre et Raymond DESFOURS

Jasse, pigeonnier et patu

Faubourg

Pierre DESFOURS

Pigeonnier, jardin et puits

Faubourg

Jean et Vincent CURE

Jasse et pigeonnier, champ et oliviers

Mas d’Encha

Michel RAYNOUX

Pigeonnier, cazal, champ avec oliviers, jardins, vigne et pred tous joignant

Devéze

Bernard ROGER

Maison et degré au dehors et pigeonnier

Faubourg

 La recherche continue !

17:13 Publié dans Compoix | Lien permanent | Commentaires (0)

Histoire de l'église

AUTIGNAC

L'EGLISE

Histoire de l'église.doc

11:45 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2016

Lous Cauquilhacs

1900

Lous escais-noums

(seguido)

Lous Cauquilhacs d’Autignac

Autignac aco es leint de pertout vouiei i’ana aquestes jours, savièi pas ounte passat, prenguère lou trin jusqu’à Magalas, en passant diguère bonjour au camarado Bartho e d’aqui prenguère lou cami d’Autignac.

Beleu un kilomestre avant de i’ariva rescountrère un gardo, (es pas un mal d’estre ouneste) s’es pas per asard lou gardo d’Autignac.

  • Si fèt me diguèt à voun faire plesi e per vous servi.
  • Ié respoundère, sièi Balin-Balan, es ioi que m’acupe das escais-noums dins lou Camel e dins lou darniè numero ai anounça que dins lou numero venent parlarièi das Cauquilhacs d’Autignac e n’en save pas lou premiè mot, serai erous se poudès me metre au courent.
  • Tout de suito, amai serès pas troumpa, per raport que moun paire que viou encaro, (vai agudre nonanto ans), ièro, quand aco arivè, se n’es toujour rapela e me l’a counta belèu des fès, mès pouden pas resta eici en plen camp, anem au vilage, burés un cop e nous assetaren.

Anaren à Autignac, intrèren dins un pichot café ounte nous faguèren servi uno tasso de café e nous metèren à parla.

Aici coussi lou gardo m’espliquet l’escainoum, e se troumpet pas, voli dire que beguejavo pés, parlavo d’aboundenço e se troumpavo pas.

Eren en milo veit cent vingt cinq, moun paire èro jouve, mès coumpreniè très ben ço que se passavo e ço que se disiè.

Las gens a Autignac èroun economes e quand calliè despensa dous iards reflechissièn vint cops.

Acou jour venguèroun quatre ou cinq omes de Murviel, save pas de que venièn faire, (l’ai sachut pus tard) mès save qu’èren en ivert e que fasio frech, jalavo à pieiro fendre. Toutes las gents èroun dedin, enfermas e toutes au cantoun dau fioch.

Aqueles vouiajurs intrèroun dins quatre ou cinq oustals e trapèroun tout lou mounde au cantoun dau fioch en trin de se caufa.

Venien per estima de tarren per agrandi un cami vesinau mes degus se derenguèt pas.

  • A ça pamen diguet un de Murviel, soustirès pas de vosto turno.
  • Nani iè diguèroun lous Autignanencs, fai trop frech.
  • Alors quand fai frech sourtissès pas.
  • Nani de tout l’ivert.
  • Eh be ! alors restas dins vostro cauquilho coumo las auitros e lous muscles.
  • Précisament.
  • Aco fai que ses de cauquilhachs.
  • Pla entendu.

Vouguèroun estre de cauquilhachs e ou soun encaro.

19:31 Publié dans Traditions | Lien permanent | Commentaires (0)

Incendie au bistrot

07/1910

AUTIGNAC

Incendie

Un incendie qui aurait pu avoir de graves conséquences a éclaté mercredi soir, vers 6 heures au troisième étage du grand café du Commerce tenu par M. Louis Ricard. Malgré les prompts secours organisés par le commandant Grézel, du 24e colonial et un grand nombre de soldats de ce régiment de passage dans notre localité, tous les meubles de cet appartement ont été la proie des flammes.

Nous pouvons remercier le commandant et ses braves soldats du sang-froid qu'ils ont montré en cette circonstance.

19:25 Publié dans Documents | Lien permanent | Commentaires (0)

Avion sur Autignac en 1913

aout 1913

Murviel-les- Béziers.

Aviation.

Ainsi que l'avait annoncé « l'Eclair », M. Fédière est venu chez ses compatriotes, les rendre témoins de ses prouesses aériennes. Arrivé sur le vaste champ mis gracieusement à la disposition du Comité par M. Guy de Coujan, le chef pilote de l'école de Nieuport atterrit d'une façon impeccable.

Malgré l'heure matinale ouvrait la parenthèse (6h20) et l'éloignement des centres de population, bon nombre d'intrépides étaient venus recevoir le sympathique visiteur. Durant la journée, d'innombrables curieux, bravant la chaleur et la poussière, sont venus admirer l'appareil. Le soir, le départ fut retardé par une panne du moteur. A 18h heures, l'intrépide pilote s'élevant majestueusement, contourne le champ d'aviation et va visiter Saint-Genies et Autignac. Il atterrit de nouveaux, toujours d'une façon parfaite.

Le départ définitif pour Villeneuve-lès-Maguelone a lieu à 19 heures. L’aviateur prend son vol, salué par les vivats et les acclamations de près de 5000 personnes, accourues de tout le canton. Il se dirige vers Murviel, Thézan et Pailhès, son pays natal, qu’il avait survolé déjà ce matin, et disparait à l’horizon brumeux.

Fédière est un pilote à la fois hardi et prudent connaissant à fond son appareil, un monoplan Nieuport muni d’un moteur de 80 chevaux. Son sang-froid a évité une catastrophe : au moment du second atterissage, la foule débordant le service d’ordre, d’ailleurs insuffisant, s’est précipitée au devant de l’appareil. L’aviateur a du aller atterrir plus loin en rasant presque la foule.

En résumé : Pilote parfait, public trop enthousiaste ; journée magnifique.

19:20 Publié dans Documents | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2016

Nomination instituteur

République Française

Procès-verbal d'installation d'un instituteur à l'école publique des garçons à Autignac.

Ce jourd’hui, 3 janvier 1931 devant nous Louis Bessière maire de la commune d'Autignac (Hérault).

S’est présenté M. BALDELLOU Manuel, né le 21 février 1902 à Cazouls-les-Béziers (Hérault) muni de son brevet supérieur et C.A.P., instituteur à Cabrerolles (Hérault), nommé instituteur audit Autignac à l'école publique des garçons par arrêté préfectoral du 23 décembre 1930 lequel M. BALDELLOU Manuel nous a requis à procéder à son installation.

Vu l'avis de M. le Préfet de l'Hérault nous invitant à installer le dit sieur dans ses nouvelles fonctions.

Nous avons déclaré à M. BALDELLOU Manuel, qu'il était installé comme directeur de l'école à partir de ce jour dans ses nouvelles fonctions.

Il a été procédé ensuite en notre présence de concert avec le comparant au recollement de l'inventaire du mobilier scolaire confié aux soins du dit instituteur-directeur.

Cette opération n'a donné lieu à aucune observation.

En foi de quoi nous avons signé avec M. BALDELLOU Manuel instituteur-directeur le présent procès-verbal dont une copie sera transmise à Monsieur l'inspecteur d'académie.

Signé BALDELLOU Signé BESSIERE

Pour copie conforme, Autignac le 4 janvier 1931

26/05/2016

Courageux

24/11/1942

AUTIGNAC

Nos compatriotes à l'honneur.

Il nous est agréable de reproduire ici la citation obtenue par notre compatriote Puche François :

« Est cité à l'ordre de la division numéro 1034 du 20 juin 1942 Puche François, de la 344e compagnie autonome de chars de combat de la subdivision de Montpellier :

« Mécanicien particulièrement courageux et dévoué, conduisant le 15 juin 1940 au cours d'une attaque le char du chef de section, a continué le combat alors que son chef venait d'être grièvement blessé. Revenu à la position de ralliement, est reparti une fois de plus à la contre-attaque avec un nouveau chef de section, donnant à tous un bel exemple de calme et de sang-froid ».

Nos vives félicitations.

28/04/2016

Nouvelle église

17/03/1896

Bénédiction de la nouvelle église.

La cérémonie a commencé par la remise des clés faite par M. Gelly, maire d'Autignac, à M. Sanègre, archiprêtre de Béziers, délégué par Mgr l’Evêque.

Après les prières liturgiques, une procession aussi nombreuse que recueillie s'est dirigée vers la chapelle provisoire. Les rues étaient décorées comme au beau jour de la Fête-Dieu ; l'enthousiasme indescriptible.

Enfin, Notre Seigneur est entré triomphant dans un sanctuaire plus digne de lui. Notre église était en effet l'épouse parée pour recevoir l’époux.

A l'extérieur, arcs de triomphe splendides ; à l'intérieur, oriflammes aux couleurs variées et s’harmonisant parfaitement, autels étincelants de lumières, ornés avec un goût exquis. A la suite du nombreux  clergé, la foule s'est précipitée impatiente, immense. D’ores et déjà nous sommes rassurés sur la solidité de la tribune. Elle était insuffisante cependant, et sur les marches de son escalier en escargot pendait comme une grappe humaine du plus pittoresque effet.

Le silence établi, grande a été notre surprise en entendant les jeunes filles préluder par un émouvant cantique au Sacré-Cœur de Jésus.

Comment notre nouveau curé a-t-il pu sitôt et au milieu de tant de préoccupations obtenir ce résultat ? Notre étonnement a été à son comble quand, à l'offertoire et à la fin de la cérémonie, d'autres chants aussi parfaitement exécutés nous ont encore ravis.

Toutes nos félicitations à ces demoiselles et en particulier aux excellentes solistes. C'était le jour des surprises en vérité. Qui de nous s'attendait à ce que nos chantres exécuteraient si bien la messe de Bordeaux ? Donc, ils n'ont pas tout oublié. Formés par M. Béral, qui s’y entend si bien, sous peu, ils feront des merveilles. Mais voici le vrai régal intellectuel. Après l'Évangile, Monsieur l'archiprêtre a pris la parole. D'abord, il a donné lecture de la lettre de Mgr l’Evêque le déléguant pour cette cérémonie, lettre si élogieuse pour notre nouveau pasteur est marquée comme toute celle qu’écrit notre éminent prélat au coin de l'élégance et de la délicatesse ; puis, M. Sanègre a félicité avec tout le tact réclamé par les circonstances M. le maire, MM. les membres du conseil municipal et du conseil de Fabrique. Enfin il nous a montré le rôle du temple chrétien. Nous n'osons pas dire que nous avons été encore surpris. Sa réputation d'orateur l'avait précédé. Mais pouvait-on s'attendre à tant de correction dans la forme, à tant d'élévation dans les aperçus, à tant d’émotion communicative dans le débit ? Deux passages de cette émouvante allocution nous ont particulièrement frappés. Quand, montrant le rôle civilisateur de l'Eglise catholique, l'orateur a rappelé les ruines morales amoncelées par l'impiété, il y a 100 ans, en même temps que les ruines matérielles de nos temples, un frisson de patriotisme vrai circulait dans cette multitude haletante. Quand enfin, après avoir dit que l'empereur Othon III visitant un saint religieux et lui offrant la moitié de son royaume, ce religieux lui répondit : « Sire, je ne veux que le salut de votre âme », il nous a conjurés de donner notre âme à Dieu, par l'entremise de notre cher pasteur, tous les cœurs ont été attendris.

Tous, nous nous sommes dits : « Oui, Dieu aura notre âme et par les mains de son prêtre. Ils se montrent tous les deux si bons pour nous en ce jour. »

  1. le curé, en quelques paroles d'un à-propos charmant, a répondu à M. l'archiprêtre. « Vous n'avez oublié que vous-même, lui a-t-il dit en substance. Au nom de mes paroissiens et en mon nom, je vous remercie et d'avoir rehaussé l'éclat de notre fête par votre présence et de nous avoir charmés par votre discours vraiment exquis. Ayez la bonté de faire parvenir à Monseigneur l'expression de notre filiale reconnaissance. »

Fort remarqué, enfin, à l'Elévation, le chant du Crucifix de Faure, par MM. S. et G.

En résumé, fête excellente, qui laissera dans Autignac un impérissable souvenir.

Un catholique.

10:57 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2016

Lendemain d'élections

On nous écrit d’Autignac, le 28 octobre 1876 :

Je vous ai déjà annoncé le renouvellement de notre municipalité et vous savez comment M. Alcide Pastre, maire, qui doit à l'estime et à la sympathie de la population entière son élection au conseil municipal, a succombé devant la coalition radicale, depuis longtemps résolue à confier l'administration à des hommes qui puissent rester dans leurs mains de fragiles instruments.

L'orgie à laquelle les vainqueurs se sont livrés pour fêter leur triomphe, sans que les nouveaux édiles aient osés intervenir afin d'assurer la tranquillité publique, et la meilleure preuve de ce que nous avançons.

Pendant près de vingt-quatre heures consécutives, notre paisible village, livré aux furieux, a été le théâtre de tous les désordres.

Du matin au soir une farandole de radicaux a parcouru les rues en hurlant et en tirant des boîtes explosives.

Dans la matinée, vers dix heures, la saturnale a commencé devant la maison de M. J.-L. B., atteint d'une dangereuse maladie de nerfs ; le bruit assourdissant des détonations partantes devant sa porte a mis le malade dans l'état le plus alarmant. Sa femme désespérée, a tenté par la fenêtre d'éloigner la cohue. Ses exhortations ne lui ont valu que des outrages.

Des sérénades, où l'enfer semblait avoir déchaîné toutes les furies, ont eu lieu ensuite avec un accompagnement d'explosion, près de la demeure de tous les citoyens spécialement désignés à la rage des rouges par la dignité de leur caractère et leurs sentiments de justice et d'ordre.

À nuit close, retraite aux flambeaux et danses échevelées.

Vers sept à huit heures, la bande reformée devant le portail de l’église, où elle fait éclater une boite. La commotion brise les vitraux de la chapelle Saint-Roch.

Econduits par les pieuses femmes en prières dans l’église, les furieux se rendent sous les fenêtres du presbytère.

Comme ils se disposaient à allumer là une autre bombe, le respectable curé essaie par la fenêtre de faire entendre quelques paroles de paix. Le digne prêtre n’y parvient pas, et se décide à descendre. Il est accueilli par d’outrageantes grossièretés.

On tire la boite à quelques pas, et la détonation est si forte qu’elle brise les vitres de la croisée d’un voisin.

La saturnale hideuse, indécente se continue par un bal jusqu'à deux heures du matin, et on entend encore au dernier moment de formidables détonations.

Où était MM. Le maire et l’adjoint pendant ces graves désordres ? dans le village, c’est certain ; mais ils savaient qu’une intervention leur couterait leur popularité acquise avec tant de flatteries et de sacrifices personnels, et ils ont préféré laisser s’ébattre la queue rouge.

18:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2016

Voler !!! au dessus d'Autignac.

AUTIGNAC

Aviation.

C'est aujourd'hui, dimanche, à 3 ou 4 heures de l'après-midi, que les aviateurs Hanouille et Leblic évolueront sur notre localité. Le départ et l'arrivée auront lieu au château de Cazilhac.

Une liste de souscription est ouverte toute la journée en faveur de ces conquérants de l'air, chez M. Orsini.

27/03/2016

Les inventaires

Autignac, 21 novembre. (1906)

Le gouvernement a voulu se venger lâchement de la journée du 15 mars, pendant laquelle près de 200 hommes avaient empêché l’opération de l’inventaire de notre église.

Hier matin 20 novembre, sans avoir notifié aucun arrêt à M. le curé et au président du conseil de fabrique, une brigade de gendarmerie et 30 chasseurs à cheval cernaient l’église pour protéger la reprise inopinée de l’inventaire et empêcher toute prestation.

Dans de pareilles conditions, m. l’abbé Escande et M. le président de la fabrique ont refusé d’assister M. le percepteur dans ses opérations.

Après l’inventaire, M. le curé a donné la bénédiction  du Saint-Sacrement, non sans avoir protesté éloquemment, du haut de la chaire, contre ce prélude de spoliation, commandé de façon si hypocrite et si déloyale.

26/02/2016

Autignac ? C'est où ???

Deux vues d'Autignac : l'une est la bergerie d'Autignac aux environs de Lodève, l'autre est le tènement d'Autignac près de Ganges. Le ruisseau à sec est le "Merdanson".

 

DSCN0046.JPG

DSCN0065.JPG

 

Domaine Autignac.

En conséquence, le public est prévenu que le mardi 29 janvier 1861, 10h du matin, il sera procédé par devant et en l'étude de Me Rouïs, notaire à Lodève, place de la Bouquerie, maison de Mme veuve Junior Clainchar, à la vente et adjudication en un seul lot du domaine ci-après désigné, aux enchères en faveur du plus offrant et dernier enchérisseur, aux clauses et conditions portées au dit jugement et au cahier des charges, qui a été rédigé par le dit Me Rouïs, notaire commis, et déposé dans ses minutes.

Le domaine à vendre est appelé Domaine d'Autignac, situé dans le territoire de la commune de Soubès, d'une contenance d'environ 350 ha, nature de champs, bois, devois et dépaissances, ses principaux tenants et aboutissants sont le domaine du mas de Rouquet, appartenant à Mme Ernest Puech née Soudeau, et la propriété de MM. Teisserenc, Pascal, Tarret, Gros et autres ……

11/02/2016

Encore Autinhac

Jean de Foziéres fils de Jourdan et frère de Guillaume dût mourir vers 1290. Il ne laissa qu’une fille du nom de Fizes qui épousa Pierre de Matfred seigneur de Parlatges et rendit hommage à l’évêque de Lodève pour la terre de Calmels en qualité d’héritière de son père le 8 des ides de décembre de l’année 1291 devant Bernard Autinhac notaire de Lodève…

20:34 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2016

Vrai ou faux

23. – Guillaume III d’Autignac (1203-1216).
" Une haute sagesse, un caractère affable, une régularité de mœurs admirable plus encore que sa noble naissance, le firent choisir par les chanoines ses confrères pour succéder au pieux Guillaume de FLEIX. Il était né au village d’Autignac dans le diocèse de Béziers, et non de Lodève, comme l’ont dit Verdale, Gariel, d’Aigrefeuille et les Bénédictins….
(in FRANCE PONTIFICALE (Gallia Christiana) par M.H. FISQUET Membre de plusieurs sociétés savantes.) Les évêques de Maguelone
Suggestion pour (re)nommer une salle, un édifice, une rue … de notre village avec une personnalité réellement célèbre.

02/01/2016

En latin ???!!!

An 1130  .. Guillelmus de Siurano et Robertus et Jeremias et Deodatus de Altiniaco, cum concilio B. praedicti episcopi…

An 1160 … Bernardi de Narbona, Deodati de Altiniaco, Guillelmi de Margone …

An 1247 Enquéteurs royaux. Assises de 1247-1248. 82.- …Vobis dominis inquisitoribus significat R. Bertrandus de Altiniaco, quod tempore quo castrum de Magalaco erat cum domino Rege, ipse misit quandam quantitatem bladi, sicut alias consueverat in castrum de Magalaco, videlicet XXII sestaria frumenti …F.15.b

An 1247 83.- Plainte analogue de P.Escarra d’Autignac. – F.15.b.

An 1247 84.- Plainte analogue de R. Gausbert d’Autignac. – F.15.b.

An 1247 87.- Rainard d’Autignac (de Altiniaco) réclame 4 livres de Melgueil à lui extorqués par J. Crespian, chatelain de Servian. F.23.a

153.- Vobis dominis inquisitoribus magistro P. et fratri Johanni significat Petrus de Altiniaco de Margonco, quod post treugam factam et pacem inter dominum Regem et comitem Tholose, Johannes Textor tunc bajulus domini Regis injuste accepit duos boves ipsius P. de Altiniaco, valentesVI libras Melg. Et tamen eos emerat antequam guerre incepta fuisset inter dictum comitem et dominum Regem. Unde cum ipse Petrus de Altiniaco nunquam fuisset contra dictum dominum Regem, petit et supplicat dictos boves vel precium sibi reddi et resttitui, et precipue quia toto tempore guerre predicte fuit cum amicis domini Regis et contra dictum comitem. F.27.a

19:15 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2015

XVe siècle

Année 1473 AUTINHAC
Livre manuel dit de notes originelles contenant les reconnaissances faites à noble Michel de St Felix mari et conjointe personne de Delle Miracle sgre de Coujan de certains biens et possession assis au lieu et terroir d’Autinhac en l’an 1473 couvert d’un parchemin cotté au dos par lettre double

Année 1479 AUTINHAC
Livre sommaire des reconnaissances faites à noble Arnauld de St Felix cosgr de Coujan de certains biens et possessions assis au lieu et terroir d’Autinhac en l’an 1479 retenues par Me Pierre Roqueles notaire de Caux contenant le dit livre 37 feuillets papier pliés par le milieu couvert de parchemin cotté au dos par lettre double

Année 1490 AUTINHAC
22 reconnaissances de certains biens et possessions assises au lieu et terroir d’Autinhac faites par les propriétaires dicelles à noble Arnaud de St Félix sgr de Coujan en l’an 1490 et retenues par Me Jean Grane notaire de Murviel expédiées par Me Pierre Granie aussi notaire son fils collationnées et comptées dans un grand livre papier de grande marge couvert de basane rouge relié en forme de livre de raisons cotté au dos par lettre double

17:14 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

21/12/2015

Four à pain

L'an 1685 et le huitième jour du mois de février avant midi dans Autignac diocèse de Béziers par devant nous notaire royal soussigné et témoin bas nommé ont été pris en leur personne George, Jean et autre George Alengri oncle et neveu habitant dudit Autignac propriétaire de la moitié du four banal à cuire pain dudit lieu lesquels en cette qualité ont arrenté ladite moitié de four pour une année à Antoine Bernad habitant dudit Autignac ici présent et acceptant pour et moyennant le prix et somme de 18 livres et sous les pactes et conditions suivants le premier que le dit rentier ne pourra jouir de la rente dudit four que par semaine à cause que les sieurs Jean et François BRINGUIER frères habitant de Thézan comme propriétaires de l'autre moitié d’icelluy ont mis d’autres fermiers pour leur portion. Ssera tenu le dit Bernard la semaine qu’il fera cuire de fournir aux habitants tout le bois nécessaire pour chauffer le dit four et lui sera permis de prendre pour son droit de fournage de soixante paniers un pain de chaque habitant qui cuira au dit four et quand il n’y aura que 30 paniers sera permis au fournier d'en couper un par le milieu et... choisira de l'une des deux portions et l'autre appartiendra au dit fournier et sera tenu le dit rentier de faire cuire icelluy trois jours de toutes les semaines qu'il sera de tour savoir tous les jeudi vendredi et samedi d’icelluy et lors de la coupe … et de la cueillette des olives le dit rentier sera tenu de cuire tous les jours des semaines qu’il sera de tour à peine de répondre de tout despands dommages et .. que les habitants en pourraient souffrir sera tenu le dit rentier payer ladite somme de 18 livres du prix de ladite afferme savoir la moitié qui est neuf livres à la prochaine fête Notre-Dame d’aout et les neuf livres restants à la prochaine fête Notre-Dame de .. lequel jour le dit Bernard sera à terme de son arrentement lequel les dit Alengri ont promis et promettent faire bon valloir au dit Bernard et icelluy Bernard promet de payer le prix de ladite aferme au terme soussigné et s’acquitter d'autres pactes et conditions portés par le dit contrat que pour ce faire les dits partis.. audit Autignac et maison de la veuve de Pierre DUFFOURS présents les sieurs Jean POURTAL et André PASTRE habitants dudit Autignac témoins à ce requit soussignés ou marqués avec le dit … et nous François PLATET notaire royal du lieu de Magalas

13:27 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2015

Images pieuses

Ordination Romero.jpg

Souvenir mission.jpg

Communion Belmont.jpg

08/04/2015

Les chateaux d'Autignac

 

… Le 16 janvier 1271, son petit fils, Aimeric de Boussagues, fils de Déodat III, et Déodat petit-fils de Déodat, représenté par son curateur, Déodat, fils d’Armand de Boussagues, reconnaissent tenir du roi le château de Boussagues avec ses justices et sa mine d’argent, la vallée de Graissessac (mines d’argent) et dans les paroisses de Saint-Etienne de Marsan et de Saint-Sauveur de Podio (du Puy), le mas de Nabinières et des droits à Notre-Dame de Camplong, le fief possédé par Guilhem de Roquefixe à Saint-Pons-de-Mauchiens, le château de Dio et ses justices, le tènement de Valquières, les paroisses de Saint-Jean de Prades et Saint-Pierre de Brassol, des droits dans le château de Lunas, le mas de Bosquet, les droits dans les paroisses de Saint-Alexandre de Bédarieux et de Saint-Nazaire et un tiers du château haut d’Autignac et un quart dans le château vieux d’Autignac, des droits dans les paroisses de Saint-Xist et à Sainte-Julie. Ils doivent la fidélité, l’hommage lige, le service militaire et une albergue pour le château haut d’Autignac de 6 sols 8 deniers et pour le château vieux de 15 sols tournois. De plus, Aymeric reconnait tenir en fief du roi pour la dot de sa femme Garsende, fille d’Imbert de Puissalicon, la sixième partie dans le haut château d’Autignac et ses justices et la moitié du château vieux. Il doit fidélité, le service militaire et une albergue annuelle de 13 sols tournois et 4 deniers. L’acte est passé à Béziers devant maitre Gervais, chapelain du sénéchal, Arnaud de Savignac, Aimeric de Clermont et Pierre de Paris, notaire de Béziers.

 

25/01/2015

Confrérie du St Sacrement

 

AD34 2E 88 320 page 150

 

Acte de protestation pour les prévôts de la confrérie du St Sacrement d’Autignac contre le sieur prieur dudit lieu

 

L’An 1708 et le septième jour du mois de juin jour de la fête Dieu à l'issue de vêpres par devant nous notaire royal soussigné et témoins bas nommés a été pris le sieur Pierre Mas habitant dudit Autignac premier prévôt de la confrérie du Saint-Sacrement érigée en l'église paroissiale dudit lieu ayant la présence de M. Laurens Espy prêtre et prieur dudit Autignac lui aurait dit est représenté qu'il est de coutume de procéder ce jourd'hui à la nomination des nouveaux prévôts de ladite confrérie et que pour cet cy fait ils fussent fait suivant et conformément aux ordonnances de Mgr l'Illustrissime et Révérendissime Seigneur et Evêque de Béziers sur quoi le dit sieur prieur l’aurait requis de faire sa nomination de deux habitants confrères de ladite confrérie pour admettre reçu -- sur laquelle réquisition le dit sieur Mas aurait nommé Raymond Laurès et Jean Baluffe dudit lieu et confrères de ladite confrérie pour en être choisis à la pluralité des voix des dits confrères le dit sieur prieur--desdites ordonnances aurait de lui-même reçu Jean Baluffe sans prendre le suffrage des confrères de ladite confrérie ce qui aurait obligé le dit sieur Mas de dire au dit sieur prieur qu'il ne pouvait pas faire cela de lui-même sans par en préalable avoir fait opiner les confrères pour voir quel des deux devait être reçu conformément au dites ordonnances suivant l'article premier du chapitre des marguilliers de la paroisse et prévôt des confrères pages sept et neuf desdites ordonnances à quoi le dit sieur prieur aurait répliqué qu'il le voulait faire de même et qu’il se moquait de son dire et aurait requis Antoine Foulhie second prévôt de nommer autres deux habitants confrères qu’il retiendraient celui qu'il voudrait lequel Foulhie ayant nommé Pierre Gelly et Jacques Libes desquels le dit sieur prieur aurait retenu le dit Gelly ce qui aurait obligé le dit sieur MAS de dire--au dit sieur prieur qu'il ne pouvait pas de lui-même -- le dit Gelly non plus que le dit Baluffe sans que cela ne fut passé par la pluralité des voix et suffrages desdits confrères conformément aux dites ordonnances le dit sieur prieur aurait répliqué qu'il que si (qu’ainsi ?) il lui plaisait sur quoi le dit sieur Mas lui a protesté de porter plainte à mondit Seigneur  de Béziers à quoi il a répondu qu'il s’en moquait et qu'il ne le ferait pas autrement duquel procédé escandaleux à toute l'assemblée le dit sieur Mas a requis nous autres notaire lui en -- acte pour être présenté à mon dit Seigneur à Béziers pour qu'il ait la bonté d'ordonner que lesdits prévôts seront faits dimanches prochain à l'issue de vêpres conformément à son ordonnance et qu’en cas de refus au dit sieur prieur de -- pour faire prêter le serment devant lui aux dits nouveaux prévôts que ledit serment sera fait devant Mr Debaichac prêtre et vicaire du dit sieur prieur laquelle lui aurait -- en présence du sieur Antoine Mourgues maître chirurgien habitant dudit Autignac et du sieur François Lagarde habitant de Cabrerolles témoins requis soussigné avec le dit sieur Mas et nous François Platet notaire royal du lieu de Magalas six qui requit soussigné.

 

Signé : MAS, LAGARDE, PLATET, MOURGUES

 

14:57 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

22/12/2014

Les croix

 

 

 

 

 

 

 

AUTIGNAC

 

Les Croix

 

 

 Jacky HARLINGUE

 Antoine BARXIAS-CASTIES

 Pierre-Marie LIBES

 

           L'homme a toujours sacralisé certains lieux où il faut faire un choix tels les croisements, les passages, certains lieux témoins d’événements marquants tels un accident, un meurtre, une apparition.

      Hermès chez les Grecs, Mercure et Janus chez les Romains ont marqué ces lieux avant que le christianisme ne remplace ces sanctuaires par le rappel de saints ou du christ.

 Un article de Georges PILE, paru au bulletin de la société archéologique des hauts cantons nous donne quelques indications :

 Sur les croix 

  • en bois (durée de vie 100 ans),

  • en fer (200 ans),

  • en pierre,

  • en fonte au XIXe siècle.

 Sur les missions, qui sont imposées par le concile de Trente réuni de 1545 à 1563 (réforme tridentine), en réponse aux guerres de religion sont un « … quadrillage systématique d'une région divisée en quartiers que l'on investit à peu près tous les 10 ans sous l'impulsion d'équipes dirigées par le chef de mission qui développe un plan rigoureux pendant trois semaines à un mois. …La clôture de la mission rassemble dans une immense allégresse pieuse, gens de condition, humbles catéchisés dans la langue de la province. Souvent pour garder le souvenir de la tenue d'une mission dans une paroisse on érige des "croix de mission" ».

Sur les rogations …les paysans demandent au ciel bénédictions et protections de leurs récoltes. Ces bénédictions avaient lieu le jour de la St Marc (25 avril) et surtout les trois jours de mai précédant l'Ascension : 

  • premier jour : on bénissait les foins et autres nourritures destinées aux animaux

  • deuxième jour : c'était les céréales (blé, orge, seigle, avoine)

  • troisième jour : la vigne et surtout les fruits…"

     

    Au cours de vos promenades autour du village, vous avez pu découvrir les croix et sanctuaires qui marquent certains croisements.

    Nous en comptons aujourd'hui 9 et même 10 si l'on inclut celle dite de Carratié (sur la commune de Magalas).

    Parmi ce nombre :

 

  • 8 croix dont 4 en pierre et 4 en fer forgé ou fonte

  • 1 sanctuaire à Notre Dame et 1 à Sainte Bernadette.

    Enfin, quelques croix, aujourd’hui disparues, sont signalées dans d'anciens documents.

     

                               Je vous invite à cheminer à la rencontre de ces lieux.

     

    Première station, la croix dite "de la Bastide".

    Elle est en pierre, semble marquer le croisement de 4 chemins. Il n'y a pas d'inscription. Elle est déjà notée au cadastre 1838.

     Deuxième arrêt, la croix de mission dite "de Combescure ou du chemin de ronde". En fonte. Elle porte l'inscription:

     

    O crux ave

    Interroga Majores Tuos et dicent tibi

    Souvenir de mission

    1830 – 1897

    (O croix salut

    Demande à tes anciens et ils te diront)

    Elle n'est pas au cadastre Napoléon.

     L'arrêt suivant est à la croix dite "du Moulin à vent". Elle porte comme inscription :

    Par ce signe tu vaincras

    O crux ave

    1914 – 1915

    Mais, je pense qu'elle est bien plus ancienne au moins parce que déjà notée au cadastre 1838 et parce que sur le côté, il semble y avoir des fragments d'inscription.

    Antoine ajoute : « D’après ce que me racontait mon arrière grand-mère, cette croix aurait été installée là au mois d’avril 1899 suite à une souscription votée de 50 Francs, par une dénommée Confrérie du Saint Rosaire, dont je n’ai jamais plus retrouvé de traces. »

     Puis, nous voilà à la « Vierge de Fontcerise » qui fut érigée en 1947 (souscription publique) par l’abbé Bruniquel (inauguration le 5 juin 1947) en remerciement de sa protection durant la guerre 39-45 (vœu formulé en chaire le 16 janvier 1944)

    La famille Rouanet de Lavit offre l’emplacement. « La statue est acheminée par wagon jusqu’à Magalas d’où Emile CASTIES la ramène et l’installe dans l’église… »

    Elle porte encore aujourd’hui l’inscription :

     Notre Dame de Fontcerise

    A sa protectrice pendant la guerre

    1939 – 1945

    Autignac

     

    N'oublions pas la croix de pierre qui lui fait face. Elle est dite "croix du canonge", ne porte pas d'inscription, semble très ancienne. Elle est portée au cadastre 1838.

    Canonge = chanoine

     Au bas de Fontcerise, au croisement avec le Carreyrou, voici Sainte Bernadette érigée par l'abbé Michel en 1958.

    A l’occasion du centenaire des apparitions de Lourdes à Bernadette Soubirous, les époux PUJOL-CROS offrent un emplacement pour que soit placé un oratoire en l’honneur de Bernadette. L’inauguration eut lieu le 8 Juin 1958, suite à une souscription paroissiale qui récolta 80 000 Francs.

    Et, en face, dans le mur des jardins, une croix de pierre

    A LA CROIX

    SALUEZ-LA RIEN N’EGALE

    SA GLOIRE RESPECTEZ-

    LA VOUS EN SEREZ BENI

    DEFENDEZ-LA VOUS AUREZ LA

    VICTOIRE PROCLAMEZ-LA

    VOUS SEREZ INFINI

    Cette croix est signalée en 1838

     Entrons dans le cimetière vieux pour voir la croix en fonte.

    Ici, nous ferons une parenthèse pour admirer une croix forgée par l'un des frères Valette. La "sœur jumelle" de cette croix est derrière les fonds baptismaux, dorée à la feuille par l'abbé Michel.

     Plus loin, en se dirigeant vers la Poujade, voici une croix "rustique", forgée à la main, sur laquelle un christ en mauvais état est fixé sommairement. Cette croix est scellée dans une pierre servant de socle. Est-ce la même ? Toujours est-il que on signale au compoix 1661 : " La croix de bois de la Poujade".

    Le crucifix est sans aucun doute d’origine, en revanche, le Christ mis en place grâce à du fil de fer a été installé, il y a quelques années, par Henriette DELMAS, d’où la fixation plus que sommaire.

     La dernière est plus éloignée. Jacky l'a décrite lors de sa communication sur Carratié-Pomarède.

    Monument érigé à la mémoire de

    Charles Carratié d’Autignac,

    assassiné en ce lieu par Jean Pommaredes de Caux

    le 17 décembre 1841 à 6 heures du soir.

    Exécuté sur la place de Pézenas le 4 janvier 1843.

    Passans priez pour ce brave honnête homme.

     

     Nous n'en avons pas terminé car, au fil des recherches, j'en ai trouvé qui n'existent plus aujourd'hui.

              1 - « J’ai reçu du sieur Jean Jacques CURE, l’année dernière, la somme de 6 livres pour faire raccommoder les deux fontaines dudit lieu et pour rafonder la croix de la place… » en 1733. Et dans un autre document : "Reçu de la veuve du sieur Anthoine FOULHIE, la somme 19 sols 8 deniers pour l’acomodage des deux fontaines dudit lieu et comme aussy le pied de la croix de la place…"  A Autignac le 5 avril 1733.

              2 - S’agit-il de la même ? Voici la croix dessinée sur un plan lors des discutions relatives au projet de reconstruction de l'église (fin du XIXe s). Elle  n'est pas signalée en 1838.

              3 - Celle-là est signalée au compoix de 1661 "plan de la Croix de Bon Conseil"

              4 - Enfin, une croix est signalée au coin de l'actuelle mairie sur le cadastre napoléon.

     

     En guise de conclusion, deux mentions au registre des baptêmes et décès :

               - 19 mai 1707 Décédé un enfant qu'on avait exposé au pied d'une croix à 40 pas du lieu lequel nous avons baptisé ….. nous lui avons donné le nom de Laurens

               - 23 septembre 1725 fut trouvée une fille exposée à la croix de la fontaine dont le père et la mère sont inconnus avec un billet qu'elle n'était point baptisée, je l'ai baptisée le même jour et lui ai donné le nom de Marianne.  

     

     

     

     

 

Croix Bastide

1838

Croix chemin de ronde

Croix moulin à vent

ND Fontcerise

Croix du Canonge

  

Ste Bernadette

Mur des jardins

Cimetière

Tombe

Fonts baptismaux

Croix de la Poujade

Place de l’église Vers 1880

Avenue de la Liberté 1838

Place du 14 juillet 1838

 

 

 

20:36 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)